Vous avez dit fin du monde ?

En cette période de fêtes, les agences de publicité décident de ne pas prendre en compte la fin du monde, pourtant annoncée et relayée par tant de médias.
En effet, nos marques chéries préfèrent ne pas innover et rester dans leur style traditionnel, non pour déplaire aux français.

❄ Nous sommes ainsi nombreux à chantonner une fois de plus l’air de Canalsat et ses rennes de Noël, désormais chevaliers.


 
Coca-Cola nous transmet de nouveau son esprit de joie de noël et de partage. La fin du monde est donc bien loin.


 
❄ C’est Orange qui fait le Buzz avec son spot publicitaire en deux parties : Noël prend en effet un goût de « mission impossible». Il y a quelques semaines, nous pouvions voir un spot très court, plus vu comme un Teasing que comme une vraie publicité.


 
❄ Dans la deuxième partie, on retrouve des décorations de Noël vivantes, comme un bonhomme de neige, des rois mages et un nain, déjà présents dans la campagne de 2011. Tous s’attèlent à la tâche pour préparer Noël dans la maison…


 
❄ Il n’y a que Axe qui préfère se focaliser sur la fin du monde pour lancer son nouveau déodorant pour homme.


 
Malgré l’omniprésence de la fin du monde dans les médias, les fêtes de fin d’année inspirent toujours autant les publicitaires. C’est à se demander qui pensait que l’apocalypse arriverait réellement…

Publicités

La pub, ça fait un tabac !

✞ L’évolution de la cigarette dans la publicité suit de près le changement des moeurs et des valeurs de notre société au cours de ces dernières décennies.

Dans les premières affiches publicitaires, la cigarette était synonyme de prestige, de pouvoir et de séduction. Les plus grandes marques (Malboro, Camel, Gauloises, Lucky Strike…) n’hésitaient pas à tomber dans les clichés et les excès pour mettre en avant le produit.

Jubilé:

Gauloises:


Elles rivalisaient d’ingéniosité pour impacter le consommateur comme on peut le voir dans ce spot très décalé pour Camel.

Camel:


✞ Les années 70, c’est la rupture, il y a enfin une prise de conscience des dangers de la cigarette et la loi évolue en ce sens. Elle oblige, en effet, les cigarettiers à mettre une mention spéciale prévenant des dangers du tabagisme. C’est le début de la lutte contre le tabac. Des marques comme Pall Mall,Winston, L&M, Salem font leur apparition sur le marché et survivent dans cet environnement conflictuel.
Après la loi Veil (1976, presse écrite), c’est la loi Evin (1991, tous supports) qui vient porter un coup dur à l’industrie du tabac interdisant la publicité et le parrainage en faveur du tabac.


✞ C’est alors que de nombreuses campagnes de publicité anti-tabac sont mises en place. Leurs champs d’action sont diverses et très puissants, les publicitaires jouent la carte de la santé, la vie amoureuse, de l’enfant voire de la solidarité.
Ces campagnes sont de plus en plus chocs mais cela constitue-t-il une véritable réponse ? Faire scandale pour renouveler le débat.


✞ Afin de toucher un public plus jeune, les nouvelles campagnes jouent sur l’humour. D’autant plus qu’il semble que le seuil d’acceptation des publicités choquantes ait été atteint


Cependant, les publicités pour le tabac sont encore à l’ordre du jour dans certains pays.

Ex. L’Indonésie: 

✞ Et il ne faut pas oublier que le tabac joue toujours un rôle dans le domaine artistique malgré toutes les critiques (lucky luke qui arrête de fumer par exemple). On retrouve ainsi dans les clichés d’Eddie Brière, portraitiste français, de nombreux models avec une cigarette. Deux dernières photos de la gallerie.