Religion et pub – Quel scandale !

La religion et la publicité sont deux éléments qui, une fois réunis, font beaucoup de bruit. En général, les campagnes citant et détournant la religion sont appréciées de tous car elles respectent toutes les communautés et ne visent pas à froisser gratuitement.

Par exemple, Jésus est devenu une super-star de la publicité, si bien que la majorité des campagnes arrive à faire rire les croyants. Tout comme l’exemple de la Cène et de ses détournements.

Cependant, certaines campagnes sont maladroites, au final la religion devient un vulgaire argument commercial et le scandale naît.

La religion catholique:

Le catholicisme reste la religion la plus visée. Ses codes strictes sont souvent détournés : érotisation, amour mal placé.

✞ La plus connue à ce jour : la pub Benetton des 90s

benetton1

✞ Benetton 2011:

benetton2O11

La Cène  les détournements publicitaires, un grand classique

✞ La Cène en plein Festival Gay pour Folsom Street fair.

scene

✞ La Cène avec des rats

scene2

✞ Le plus connu des détournements publicitaires pour Marithé François Girbaud 

scene3

✞ Les glaces Antonio Federici

femme1

femme2

Mais finalement, personne ne peut nier que les publicités convoquant la religion les plus appréciées sont celles gorgées d’humour. Quelques petits exemples ci dessous :

Nespresso comme vous ne l’avez jamais vu :


✞ La religion et la colle !

✞ Une pub pour une chaîne de TV belge censurée en Belgique:

✞ Mais la religion catholique n’est pas la seule visée, dans cette publicité pour la Volswagen Polo, c’est la religion islamique qui est dépeinte avec beaucoup d’humour noir.

La pub et le sexe: où est la limite?

Faire le choix d’une publicité qui dérange c’est s’assurer de faire le buzz, de jouer avec les limites pour attirer l’attention. Mais c’est une ficelle qui doit être actionnée avec finesse et subtilité pour ne pas dépasser la frontière de plus en plus floue entre buzz et choc et par cette même occasion ne pas risquer la censure.

Allo Resto en a fait les frais puisque le jury de la déontologie publicitaire estime que ses publicités mettant l’actrice de films X Katsuni en scène nuisent à « l’image de la personne humaine ». La campagne se composait de trois petites scènes dans lesquelles elle apparaissait déguisée en « soubrette » avec un vieux monsieur lui demandant de se baisser pour mieux regarder ses fesses, en médecin qui doit s’occuper de la « rigidité suspecte » au niveau de l’aine d’un patient ou en secrétaire chargée de prendre en main les « liquidités de l’entreprise » d’un patron qui desserre déjà sa cravate. À la fin de chaque publicité, avant que les choses n’aillent « trop loin », elle finissait par dire « Stop. Pas ce soir ».


 
❥ Curly, la célèbre marque de biscuits apéritifs, a elle aussi été récemment censurée pour ce parallèle osé.


 
❥ On vous parlait dans notre précédent article du défilé Victoria Secret, or la marque de lingerie ne fait pas l’unanimité malgré le succès de son évènement. En effet, la marque a été critiquée par des associations religieuses comme l’American Decency Association  mais aussi par des associations féministes comme whatisvictoriassecret.com pour son utilisation de la «pornographie soft » dans ses campagnes publicitaires.

❥ Elliot Polak, fondateur de Textappeal lors d’une interview pour Doc News insiste sur les règles à respecter quand on utilise le sexe dans des publicités ainsi que sur la pertinence de celles-ci.

« Les annonceurs doivent avoir conscience qu’on ne peut pas toujours aller au-delà de la limite pour avoir l’attention des gens. On arrive aussi à une véritable saturation. La moyenne d’âge pour des enfants qui regardent de la pornographie sur Internet est de 11 ans. Les images émises par la publicité n’ont plus le même effet choquant. C’est un jeu qui porte en lui ses propres limites … Il faudra sans doute utiliser le sexe de manière plus subtile, en diminuant l’aspect choquant. Je pense qu’il est fini le temps où le sexe faisait tout vendre. Je pense que c’était vrai pendant un temps … ça ne l’est plus aujourd’hui. »

Toutes ces limites et ces tabous évoluent continuellement et ces changements sont de plus en plus rapides aujourd’hui avec la prolifération de contenus pornographiques sur Internet.

❥ Cependant il ne faut pas que utilisation abusive du sexe dans les publicités nous empêche de voir celles qui l’utilisent avec brio et dans un objectif noble comme c’est le cas dans cette campagne pour le cancer masculin avec le mannequin de lingerie Rhian Sugden.


 
❥ Ou ce spot contre le cancer du sein qui met en scène l’actrice Zoé Felix et Marcelo Boldrini tous deux engagés dans cette lutte.


 

Vous avez dit fin du monde ?

En cette période de fêtes, les agences de publicité décident de ne pas prendre en compte la fin du monde, pourtant annoncée et relayée par tant de médias.
En effet, nos marques chéries préfèrent ne pas innover et rester dans leur style traditionnel, non pour déplaire aux français.

❄ Nous sommes ainsi nombreux à chantonner une fois de plus l’air de Canalsat et ses rennes de Noël, désormais chevaliers.


 
Coca-Cola nous transmet de nouveau son esprit de joie de noël et de partage. La fin du monde est donc bien loin.


 
❄ C’est Orange qui fait le Buzz avec son spot publicitaire en deux parties : Noël prend en effet un goût de « mission impossible». Il y a quelques semaines, nous pouvions voir un spot très court, plus vu comme un Teasing que comme une vraie publicité.


 
❄ Dans la deuxième partie, on retrouve des décorations de Noël vivantes, comme un bonhomme de neige, des rois mages et un nain, déjà présents dans la campagne de 2011. Tous s’attèlent à la tâche pour préparer Noël dans la maison…


 
❄ Il n’y a que Axe qui préfère se focaliser sur la fin du monde pour lancer son nouveau déodorant pour homme.


 
Malgré l’omniprésence de la fin du monde dans les médias, les fêtes de fin d’année inspirent toujours autant les publicitaires. C’est à se demander qui pensait que l’apocalypse arriverait réellement…